Voter pour la Suisse de demain

Opinion parue le premier juin 2015 dans l’Agefi

La Suisse est admirée loin à la ronde pour la qualité de son système de formation. Apprentissage dual, institutions de rang mondial, coexistence, au niveau supérieur, des HES, des universités et des EPF: autant de caractéristiques qui, combinées à une perméabilité facilitant par des passerelles le changement d’une filière à une autre, place notre pays dans une position enviable et enviée. [+]

UberPOP et les autres : les mêmes règles pour tous.

Interpellation déposée au Conseil intercommunal des taxis de la région lausannoise le 7 mai 2015

En septembre 2014, Uber mettait en place son service UberX à Genève. On connaît la suite : confusion, tolérance de facto, interdiction puis projet de refonte de la loi cantonale sont les événements qui se sont succédés dans le canton du bout du lac.

A Lausanne, la même société déployait début 2015 son service UberPOP, qui permet à des particuliers de transporter d’autres particuliers dans leur voiture privée. Le Comité de direction de l’association en charge des taxis pour la région lausannoise s’est exprimé, par la voix de M. Vuilleumier, pour affirmer la légalité de cette offre, assimilable au sens légal à du covoiturage. [+]

Respect de la législation sur les marchés publics par la société TRIDEL S.A.

Question à la Municipalité déposée au Conseil communal de Lausanne le 21 avril 2015

L’arrêt rendu le 31 mars 2015 par la IIe cour de droit public du Tribunal fédéral donne définitivement raison à la Commission fédérale de la concurrence dans son recours contre la société TRIDEL S.A. Le litige portait sur l’attribution du marché de la fabrication et de la distribution en gros des sacs à déchets en plastique officiels taxés. Le Tribunal retient que la clause d’urgence, prévue dans la législation sur les marchés publics, qui permet à un adjudicateur de procéder par invitation au lieu de faire un appel d’offres public, a été utilisée à tort par la société TRIDEL S.A. qui disposait de suffisamment de temps pour organiser un processus ordinaire. [+]

T’as où la télé?

Opinion parue dans Lausanne Cités du 1er avril 2015, co-signée avec Denis Corboz, conseiller communal

Cela peut paraître un tout petit événement: la Télé, notre chaîne de télévision régionale, cessera de retransmettre le mardi les séances du Grand Conseil. En l’absence de chiffres d’audience, on ne peut pas estimer combien de téléspectateurs suivaient les travaux du Parlement par ce biais. Mais symboliquement, c’est bien un relais de la démocratie locale de moins. Cette décision a fait débat, au niveau cantonal mais aussi lausannois, puisque la Ville détient 25% de cette chaîne. En fin d’année 2014, Lausanne, aux côtés d’autres actionnaires, a participé à une recapitalisation de La Télé. Si nous avons soutenu cette démarche, c’est que la pluralité des médias nous semble absolument nécessaire à une information correcte et diversifiée des citoyens. On peut faire des reproches à la programmation de La Télé, évidemment. Mais en son absence, la RTS occuperait seule le créneau de l’information audiovisielle. Or, il est bien un domaine où les monopoles sont néfastes, celui des médias! [+]

Appréciation du risque sécuritaire lors de manifestations : comment éviter les excès de prudence ?

Interpellation déposée au Conseil communal de Lausanne le 17 février 2015

En date du 12 février 2015 se tenait dans l’établissement public Le Bourg (discothèque au sens de la Loi cantonale sur les auberges et débits de boissons), une projection de film précédée d’une conférence. Organisée en lien avec une exposition au Forum de l’hôtel de Ville par un comité auquel appartient le soussigné, cette soirée était consacrée au sauvetage de Juifs par des Justes albanais pendant la Seconde Guerre mondiale et comprenait l’intervention du prof. Sami Sandhaus, rescapé du camp de concentration de Bershad, en Ukraine – l’un des derniers témoins vivants de la tragédie de l’Holocauste dans notre région. [+]

Le secteur énergétique doit rester en mains publiques

Version longue d’un article paru dans Pages de gauche en décembre 2014

En 2002, les citoyen-ne-s refusaient le projet de Loi sur le marché de l’électricité (LME), attaqué en référendum par la gauche. Le PS, après un temps d’hésitation, avait finalement mené la récolte de signatures et la campagne de votation. Cette victoire, interne au parti d’abord, puis devant le peuple, avait contribué à clarifier la ligne officielle socialiste sur les services publics. Il faut se rappeler qu’une année plus tôt, en 2001, le Manifeste du Gurten exprimait l’adhésion de plusieurs élus du parti à un social-libéralisme brutal. [+]

Libéralisation totale du marché de l’électricité : les services publics grands perdants ?

Interpellation déposée au Conseil communal de Lausanne le 28 octobre 2014, avec la co-signature de membres des groupes des Verts et de La Gauche

Le 8 octobre dernier, le Conseil fédéral mettait en consultation l’arrêté fédéral sur la deuxième étape de l’ouverture du marché de l’électricité. Cette « ouverture » plus large est prévue par la Loi sur l’approvisionnement en électricité (LApEl), adoptée suite au refus en 2002 de la Loi sur le marché de l’électricité (refusée à 52.58% au plan suisse et à 55.53% à Lausanne) qui visait, elle, une ouverture complète du marché pour l’ensemble des consommateurs. A l’heure actuelle seuls les plus gros consommateurs (entreprises) peuvent choisir leur fournisseur d’électricité. Le projet du Conseil fédéral propose d’étendre cette libéralisation à l’ensemble des consommateurs, y compris les ménages ­ ce qui était prévu par la LApEl. Cette extension est soumise au référendum facultatif. [+]

Edicules sur le domaine public : quelle vocation et quelle contribution à la cohésion sociale dans les quartiers?

Interpellation urgente déposée au Conseil communal de Lausanne le 26 août 2014

Le 15 juillet, la Ville a publié un appel d’offres portant sur trois édicules situés sur le domaine public, dans trois quartiers lausannois, avec un délai au 15 septembre pour le dépôt de projets proposant « un concept d’exploitation innovant ». Selon le texte de l’appel d’offres, les futurs exploitants doivent également être en capacité « d’entreprendre et de financer » une rénovation de ces petits bâtiments. [+]

Sommes-nous condamnés à accepter des projets de construction privés qui nuisent aux locataires en place et aux ensembles architecturaux cohérents ?

Interpellation déposée au Conseil communal de Lausanne le 6 mai 2014 avec Yoann Dupuis, La Gauche

A plusieurs reprises ces derniers mois, des dossiers de démolition de bâtiments d’habitation en vue d’une reconstruction ont défrayé la chronique communale. Trop souvent, des promoteurs prennent prétexte de la nécessaire densification pour réaliser des opérations financièrement intéressantes qui impliquent la destruction de bâtiments non pas historiques au sens strict, mais souvent d’un intérêt esthétique local incontestable et contribuant à l’identité visuelle d’un quartier. [+]